Impulsions

Discussions sur les soins de santé et la technologie

Tous les articles

Les nouveaux CIO managent l'organisation - pas le département IT

Le nouveau DSIAucun souci, cet article ne raconte pas l’histoire de l’évolution du monde de l’informatique. En tant que DSI cela fait longtemps que vous savez que ces vingt dernières années, le monde de l’informatique a bien changé. Il est donc important de vous demander comment vous devez gérer ceci. Car tout à coup, votre rôle ne se limite plus à celui de chef du département informatique, mais devient stratégique pour une organisation orientée vers les données. Les données forment la clé de voûte des décisions que vous prenez, mais génèrent également des services complètement neufs. Mais comment bien combiner l’exécution de vos tâches classiques tout en évoluant vers votre nouveau rôle de visionnaire ?

 

Voilà : vos nouvelles attributions

Le DSI nouveau style combine les tâches du DSI classique avec quelques nouvelles tâches. Ainsi, le DSI classique avait en général trois tâches principales :

  1. Optimiser les processus de l’entreprise
  2. Assurer la stabilité de l’informatique
  3. Améliorer l’efficacité opérationnelle

Ces tâches sont également importantes pour le DSI nouveau style. L’informatique constitue en effet votre "colonne vertébrale" : le réseau vous permettant d’envoyer des informations à vos collègues, clients et partenaires. Plus celui-ci est sûr, rapide et bon marché, mieux c’est. Mais de nos jours, les DSI doivent aussi gérer deux nouvelles priorités importantes :

  1. Développer des produits innovants
  2. Améliorer l’expérience du client

 

Conseiller, innovateur, mobilisateur

Il y a une double raison pour cet élargissement des tâches : les entreprises utilisent les données de plus en plus pour adapter leurs services et produits à leur groupe cible. Ils rassemblent des informations sur le comportement des clients et leurs préférences afin de pouvoir leur faire l’offre la plus personnalisée possible. En tant que chef des données, le DSI devient donc également conseiller en matière de R et D. Deuxièmement, de tout nouveaux modèles d’entreprises sont créés à partir des données. Auxipress en est l’exemple : cette société informatique rassemble des informations sur (entre autres) l’image des sociétés en analysant des textes en ligne d’utilisateurs et de journalistes. Dans le cas d'Auxipress, les données ne sont pas le moyen, mais bien le service. Ce qui fait que leur DSI n’est pas uniquement l’innovateur, mais aussi le moteur de l’entreprise.

 

« Il y a beaucoup de DSI compétents dans le monde, mais aucun d’entre eux n’est spécialisé dans tous les domaines »

 

L'écart dans la prestation des services IT

Jusqu’à maintenant le DSI nouveau style semble un métier de pointe. Le département informatique a été dépoussiéré et les personnes de l’informatique sont aujourd’hui visibles et appréciées. Les DSI réfléchissent plus activement sur les nouveaux produits et services et ont plus d’influence sur l’avenir de leur entreprise. Le nouveau DSI a cependant aussi de nouveaux soucis. Ainsi, il doit s’intéresser en permanence aux nouvelles technologies et en assurer l’implémentation. Pensez aux analyses en temps réel, à l'Internet des Objets (IoT), l’intelligence artificielle et l’apprentissage machine. Il y a pas mal de DSI compétents dans le monde, mais aucun d’entre eux n’est spécialiste dans tous les domaines. Et même s’ils étaient au courant de toutes les technologies, ils n’auraient jamais le temps de tout implémenter au même moment. La vitesse à laquelle de nouvelles technologies émergent résulte en un manque de connaissances et de temps pour tous les départements IT. Ainsi, un écart se creuse entre la demande et la mise en œuvre de l’informatique.

Recruter n’offre pas la solution

Pour résoudre l’écart de la mise en œuvre de l’informatique, on pourrait engager de nouveaux talents. Plus de personnes pourront effectuer plus de travail. Logique, non ? Pas tout à fait. Les innovations se succèdent avec une telle rapidité, qu’il est impossible de prédire de quelles compétences et spécialisations vous aurez besoin l’année prochaine. Si vous décidez tout de même d’engager de nouvelles personnes, vous risquez de créer un département informatique avec trop de personnes qui ne possèdent pas les compétences nécessaires. C’est cher et ça ne vous aidera pas à améliorer vos services et produits. Le DSI nouveau style choisira dès lors de plus en plus de sous-traiter les travaux informatiques spécialisés. Ainsi, l’entreprise pourra attirer les personnes compétentes pour chaque technologie, sans trop d’efforts. Grâce à ceci, le département informatique recevra tous les outils pour innover, tandis que les personnes pourront continuer à travailler.

Exemple pratique : le nouveau DSI d’ Auxipress

L’exemple cité précédemment d’Auxipress est un bel exemple du DSI nouveau style. Ici, Chief Data Officer Grégory Piet dirige le département informatique. Pour son service Média Monitoring Auxipress utilise la technologie du traitement automatique du langage naturel pour interpréter et catégoriser les textes. En convertissant des données non structurées en des données structurées, l’entreprise peut tirer des conclusions sur les médias où certaines entreprises sont nommées, ce qui est écrit à leur sujet, et par qui. Même chose pour les concurrents, ce qui résulte en un aperçu réaliste de l’image de marque. Un vrai modèle d’entreprise orienté sur les données ! Grégory Piet a confié la connexion entre la technologie du traitement automatique du langage naturel et la base de données Auxipress à des spécialistes (sans vouloir nous vanter : c’était nous). Ainsi, sa propre équipe informatique n’a pas dû s’investir dans une nouvelle technologie et l’implémentation a été effectuée par des spécialistes.

Réseau de spécialistes

Le DSI nouveau style ne peut presque plus être comparé au chef de l’informatique d’avant. Bien que les attributions de base existent toujours ; le nouveau CIO est un innovateur qui a le courage de sous-traiter certaines tâches. Ainsi il s’entoure d’un réseau de spécialistes qui ensemble possèdent toutes les connaissances du monde. Ce qui tombe bien, car nous vivons dans une économie des connaissances.

Vous souhaitez en savoir plus sur le traitement des données textuelles et ses applications ? Téléchargez notre livre blanc ci-dessous :

Données textuelles et Big Data

 

THÈMES: Big data, Données non structurées

Heike van Muylem
Heike van Muylem
Heike van Muylem is marketing manager at InterSystems Benelux. She has a deep-dive knowledge of state of the art technologies, including Iot, AI and analytics. Heike has a strong strategic focus, but never loses sight of people, which she believes should be put first in order to attain business success and innovation. She's quadrilingual, a team builder and motivator at heart.

 


Laissez un commentaire

Vous aimerez peut-être:

Harvard : « Plus d’innovation et de diversité auprès des entreprises rentables »

« Le changement est la seule constante », d’après le philosophe grec Héraclite. Nous devons admettre qu’i...
Heike van Muylem 04/02/19 08:00

3 avantages de l'innovation numérique (même si vous n'y croyez pas trop)

Tout le monde n’est pas un aventurier-né. Nous souhaitons tous être flexibles, spontanés et téméraires, m...
Heike van Muylem 23/01/19 08:00

La transformation numérique se fait dans nos têtes, pas dans nos ordinateurs

Lorsqu’il s’agit de transformation numérique, tous les chemins mènent à Rome. Mais comme nous sommes en p...
Heike van Muylem 09/01/19 08:00